Ces labels qui ont du mal à se relever depuis le départ de leurs égéries !!!

1058
0

L’industrie musicale est en perpétuelle mutation. Autrefois, les labels étaient beaucoup prisés par les artistes. Evoluer en autoproduction était un choix risqué car en intégrant un label, les artistes se sentaient plus en sécurité sur le plan artistique et lorsqu’un artiste était l’égérie d’un label, il bénéficiait de plusieurs privilèges.

Au Gabon, des labels ont fait la pluie et le beau temps dans le showbiz en ayant dans leurs écuries des artistes de renom. Mais au fil des années, ces labels ont perdu un à un leur porte-flambeau et ils se sont affaiblis. Certains artistes se sentaient maltraités, ils ont alors pris la clé des champs obligeant leur label à mettre la clé sous le paillasson dans certains cas.

Pour illustrer notre propos, nous allons nous intéresser à quelques labels qui étaient en vogue il y a quelques années, mais qui se sont affaiblis après le départ de leurs égéries.

1 – EBEN ENTERTAINMENT ( KÔBA BUILDING) :

Créé en 2002 par ERIC BENQUET, le label EBEN ENTERTAINMENT a redonné durant les années 2000 ses lettres de noblesse au hip hop Gabonais. Il marque son empreinte dans le game, au départ, avec le titre « L’Hymne  » sorti en 2003 et remporte dans la foulée un KORA MUSIC AWARDS.

Les premiers artistes du label furent les rappeurs du groupe SECTA’A en l’occurrence KENNETH et SPIKE, puis arrivèrent BA’PONGA, MASTA KUDI, KÔBA BUILDING, CHEROKEE, LA FUENTE, NEPHTALI et K-PRIM.

Le label EBEN avait même innové à cette époque en intégrant dans son écurie un humoriste au nom de SOULEYMANE. Au fil des années, les artistes vont s’en aller un à un, ce fut le cas de LA FUENTE et BA’PONGA à la fin des années 2000 et il ne restera plus que KÔBA BUILDING qui était déjà le nouveau visage du label après la sortie des hits comme « Qui veut » , « Le Kriminel au mic » etc…

Pendant l’apogée du label EBEN ( Eric BENQUET), on a eu droit à de grosses collaborations entre KÔBA et son mentor BA’PONGA sur des titres comme « Rien compris » etc… À préciser que NEPHTALI n’a jamais vraiment quitté le label.

En 2012, après deux albums et plusieurs hits au compteur, le rappeur KÔBA BUILDING va quitter définitivement son prestigieux label malgré les efforts du propriétaire à renforcer la structure en allant recruter des artistes à l’échelle internationale. Pour la petite histoire, EBEN ENTERTAINMENT a produit l’un des clips les plus cher de l’histoire du hip hop africain à l’époque sur le titre « Check Check » tourné en Europe de l’est.

Le départ de KÔBA BUILDING va affaiblir considérablement le Label, il part de là avec un album quasiment prêt qui n’a jamais vu le jour et l’artiste va rebondir du côté de MAYENA PRODUCTION avec l’album 2030 qui prend son ascension en 2013. Curieusement MAYENA PRODUCTION ferme également ses portes après le départ précipité de son égérie KÔBA BUILDING pour la France…

EBEN ENTERTAINMENT tente avec beaucoup de difficulté à se remettre sur pied avec la signature de l’artiste camerounaise MIHNEY. Nous espérons que le producteur trouvera une bonne stratégie pour revenir au top mais d’après certaines indiscrétions il semble ne plus trop s’intéresser au game car il a trop donné et le départ de KÔBA lui est resté à travers la gorge.

EBEN ENTERTAINMENT c’est plus de 40 clips et plusieurs prix: 1 MTV Africa Music Awards, 2 Kora Awards, 7 Balafons Gabon Music Awards, 3 Victoires de la musique, 2 prix au Sénégal et 3 au Ghana.

2- AFRICADREAM ( NG BLING):

Il y a quelques années, nous nous intérrogions sur les limites de ce label. En effet AFRICADREAM est le label qui a beaucoup fait parler du Gabon à l’international ces 5 dernières années. Ce label, créé en 2014 par LÉANDRE MARIO DIPENDET, s’est hissé au sommet du game en misant tout sur un jeune rappeur en herbe à l’époque du nom de NG BLING qui venait de quitter TROMATIX PRODUCTION et avec lequel il a sorti des hits tels que « Planer » en solo ou encore « Propre et dosé » en collabo avec TRIS. On découvre ainsi leur premier titre « Parle à ma main » sorti en 2014 et dont le clip fut mis en ligne un an plus tard.

Mais c’est sans doute le hit afrotrap « Donne seulement » qui a donné de la visibilité internationale à l’artiste et à son label en 2016. La réalisation du clip, dans lequel on peut apercevoir SHAN’L comme actrice principale, a été confiée à l’ivoirien GRAND POUCET.

Selon certaines confidences, le nom du label AFRICADREAM viendrait de l’entente cordiale entre AFRICAGROOVE et DREAMLINESTORE. L’écurie AFRICADREAM s’est démarquée un peu plus dans le showbiz de par sa volonté à faire de ses artistes les vitrines de la musique urbaine gabonaise. Son porte-flambeau NG BLING, qui a sorti le projet Dreamer en 2016, est le rappeur qui a le plus de hits au compteur et des collaborations à l’international: HIRO, TRESOR MVOULA, SERGE BEYNAUD, VANO BABY, MINK’S etc…

Le label marchait en terrain conquis ayant en son sein le collectif DREAM SQUAD, les artistes BOB DAN et N’DO-MAN et l’artiste congolais CHIADE.

Le départ de CHIADE ou encore la dissolution du collectif DREAM SQUAD n’a jamais déstabilisé le label, cependant c’est la rupture brutale du contrat en 2018 avec NG BLING qui créa un choc en le laissant groggy. NG BLING quitte la maison en laissant les gros hits tels que « Je veux seulement le téléphone » sorti en 2017 sans compter le hit « Massama » feat. DON’ZER qui a été décliné en plusieurs remix.

Le rappeur monte alors son propre label ITZ MONEY MIND ainsi qu’un studio adéquat et sort dans la foulée le projet HIK comprenant le hit « 7 où » en collaboration avec CREOL.

Aujourd’hui on peu dire avec certitude que le label peine à exister depuis le départ de NG BLING en 2018 malgré l’arrivée à son sein du COLLECTIF PEOPLE, MK etc…signés en management et qui ont tous pris la poudre d’escampette.

Il ne reste plus que N’DO-MAN qui vient de sortir un album nommé Roi Salomon. Le Boss du label mise maintenant sur des produits moins risqués en management, la signature d‘AFRICADREAM apparaît aujourd’hui sur les singles « Murangu » de LOGAN et « Désolé » de SEXY MARVEL BEAUGOSS. Monsieur LÉANDRE MARIO DIPENDET arrive dorénavant en découvreur de talent.

3- AFF PRO (TRIS)

C’est en 2017 que le rappeur TRIS arrive dans un label pas très connu nommé AFF PRO après un départ retentissant de sa précédente écurie TROMATIX PRODUCTION en février de la même année. AFF PRO au départ est une structure de production audiovisuelle mais également une Street Wear,  elle officie dans la production d’artiste avec comme principale égérie TRIS SOSS MUTEMA. Mais sa première signature fut LE WISE en 2012.

AFF PRO est composé d’amis d’enfance du chanteur J-RIO et c’est tout naturellement qu’en 2014 la structure de BIG LAWANE réalise le clip « La Mini-Nga » suivi en 2015 de la première version du clip du hit international « Sors ça » l’hymne de la Ntcham. J-RIO fut également un artiste estampillé AFF PRO et c’est cette dite structure qui a organisé son concert au KOMO le 13 août 2014.

Il semblerait aussi qu’en 2014-2015, le chanteur ANNEMY, qui a sorti les titres tels que « Fâché » feat. J-RIO ou encore « Bomaye » feat. BRIVI WARRHYD, fut produit par la structure.

Mais c’est tout de même en 2017 que le label s’illustre avec l’artiste TRIS qui était en clash avec le rappeur AMENEM en réalisant tous les clips des réponses de l’artiste tout en affichant en gros plan son désormais célèbre logo.

Cette confrontation a tenu en haleine les fans de hip hop gabonais durant les 3 derniers mois de l’année 2017. Et peu après, les premiers singles de TRIS commencèrent à émerger, c’est le cas de « Me Se Wu » , dont le clip a été mis en ligne en janvier 2018. Puis arriva « TLD » , un titre sur lequel TRIS pousse la chansonnette. Et c’est en septembre 2018 que le label AFF PRO présenta le projet « Jeu de corps » en attendant l’album.

C’est en octobre 2018 que l’entente cordiale entre TRIS et AFF PRO se dégrade, car l’artiste reçois des appels de phare de la part de certaines structures dont DIRECT PROD qui prend en charge son voyage pour l’Afrique du Sud afin de tourner le clip de « Jauna Jauna » et en novembre la séparation est effective avec le label AFF PRO qui disparaît du paysage musical urbain gabonais comme par enchantement.

La perte de leur égérie au profit de l’écurie AMG a été un coup de massue pour AFF PRO qui peine à rebondir dans le domaine de la production musicale. Curieusement TROMATIX PRODUCTION a aussi du mal à revenir au top niveau depuis le départ de TRIS trois ans auparavant.

En conclusion le départ des rappeurs KÔBA BUILDING, NG BLING et TRIS de leurs labels respectifs a causé un vide considérable dans ces structures qui ont été sérieusement affaiblis… Par extension on peut aussi avancer qu’à l’instar des écuries EBEN ENTERTAINMENT, AFRICADREAM et AFF PRO, les labels MAYENA et TROMATIX ont subi également le même sort.

Auteur : Tony Ralph

Donne ton avis

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here