J-RIO est-il en baisse de forme?

254
0

Le meilleur espoir et ambassadeur de la musique urbaine gabonaise J-RIO semble ne plus faire l’unanimité auprès du public. L’auteur des tubes à succès tels que la Mini nga, Sors ça ou encore Maman Audrey n’attirerait plus autant la foule qu’avant.

Bien que les scores lors de ses nouvelles sorties soient toujours satisfaisants mais ils deviennent assez limites pour une star telle que J-RIO. Rappelons que l’artiste a sorti un projet en mai 2016 intitulé « Empreinte » dans lequel on pouvait retrouver une mosaïque de sonorités intéressantes, et le nombre de streamings de l’album était à la hauteur de ses espérances.

J-RIO est également l’artiste urbain gabonais le plus suivi sur les réseaux sociaux avec plus de 225 000 abonnés, donc chacune de ses nouvelles sorties (clips ou audios) engrange un maximum de vues et partages.

Aujourd’hui toutes les nouvelles sorties de J-RIO font des démarrages timides, les nombres de vues sur Youtube sont en net régression. Le clip du single « Rêver » peine à atteindre les 20 milles vues un mois après sa sortie, chose impensable pour notre star gabonaise, et son dernier single « Nkukuma » fait une arrivée mitigée.

A quoi cela est dû?

Plusieurs hypothèses peuvent être émises à ce sujet.
On peut évoquer une sorte de stagnation musicale, on a l’impression que l’artiste ne se renouvelle plus et son évolution musicale semble ne plus bouger avec des sons qui ne nous éblouissent plus forcément. Les sujets étant aussi les mêmes, ceci peut apporter une certaine lassitude du public.

La concurrence est également une piste à ne pas négliger car sur le terrain de la musique urbaine gabonaise de nouveaux artistes ont vu le jour. Ces artistes sont probablement plus en phase avec le public qui suit énormément la tendance. Le « Massama Style » est une illustration parfaite de ce qui se fait maintenant au pays. Et le changement de direction artistique depuis « Empreinte » a un peu dérouté le public qui avait catégorisé J-RIO dans le style Ntcham. Il n’a pas su trouver sa place entre la musique de rue authentique de DON’ZER et la musique des beaux quartiers de BGMFK.

On peut aussi avancer le fait que le succès international de ce prodige a été freiné progressivement. Le public voyait en lui un espoir et celui qui devait propulser la musique urbaine gabonaise hors de nos frontières, mais on constate que son ascension fulgurante a accouché d’une souris pendant que ses pairs étrangers (à l’exemple de FANICKO) cassent la baraque à l’international.

Un autre fait à signaler et pas des moindres est sans doute la participation de J-RIO à une chanson à l’honneur d’un certain candidat pendant la campagne électorale en août 2016, une partie de son public ne l’a pas cautionné et pardonné. Malgré ses excuses, pour les plus récalcitrants de ses fans, le mal était déjà fait.

Au vu de ces analyses, on peut affirmer que J-RIO est en baisse de forme et que sa fan base s’effrite. Laissons le fanatisme légèrement de côté pour bien visualiser cette perte de vitesse du chanteur qui se fait de plus en plus ressentir. On exhorte le staff de The Node Music à redoubler d’efforts pour que l’artiste se renouvelle et revienne au top de sa forme. Et dans label J-RIO n’est pas le seul à être en crise de stratégie et de positionnement, même VICKY et STYLEI n’ont plus aussi la même force. On espère que les prochains clips seront plus suivis que les précédents car il y a du potentiel à exploiter.

Sors ça sorcier …wôzô !!!

Donne ton avis

Acteur social, passionné des langues , des cultures urbaines et des Technologies de l'Information et de la Communication.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here