Une nouvelle Génération urbaine pleine de promesses

499
0

Le Game gabonais semble être divisé entre deux univers parallèles à savoir le Game traditionnel composé d’artistes de l’ancienne génération, régulièrement rejoints par des artistes qui prennent leur relève dans des genres conventionnels connus. Mais il y’a aussi une génération plus téméraire prête à briser tous les codes en surfant sur toutes les possibilités que la modernité et l’évolution de l’industrie musicale leur offrent.

LA GENÈSE…

Les débuts de cette génération ne remontent pas à très longtemps. On peut les situer au milieu de la décennie dernière (2014-2015) avec l’apparition des groupes comme MONEY IMPACT et NEW WAVE GANG dont les productions et la productivité n’avaient rien à envier au travail des anciens et qui avaient l’avantage de s’adresser à la tranche d’âge la plus importante de la population: les adolescents. On peut par exemple citer des titres comme « Projet Nocture 2 » ou « My Homie » de MONEY IMPACT.

Mais également « My Nigga » et « Illuminé » de NEW WAVE GANG. En effet, le clip de single « My Nigga » réalisé par OLSTR8DESIGNFX a été une grosse claque visuelle à sa sortie avec des milliers de vues au compteur.

LEUR UNIVERS…

Cette génération se distingue par une influence prononcée pour des codes auxquels les anciens se montraient encore réticents, quand d’autres s’orientaient de plus en plus vers les rythmes afro qui ont dérivé localement vers la Ntcham.

La nouvelle Génération a des préférences pour la Trap Music et une polyvalence décomplexée qui permet d’être tantôt virulent, tantôt plus sensible sur des plages douces et vocalement plus proches de crooners du R&B sur du cloud Rap par exemple ; des techniques de vibe et des musiques bien plus variées avec des mélanges peu orthodoxes  en introduisant quelque fois de l’anglais dans leurs sons.

L’ÉVOLUTION…

De plus en plus d’écuries se sont créées depuis et d’autres artistes ont fait leur apparition. À ce jour on les comptes par dizaines. Les noms de labels qui ressortent le plus sont : YQMP, DALO RECORDS, MAFIA 241

Au niveau des artistes on peut avoir dans la liste : NEDA, MRKING, BOY KLS, DOUBLE GI, LIL VAN, MIKEE PABLO devenu SAINT MIKEE, SSOLOGOD, RSK, SLK, GNTIK, BEEKUY E, MICKY M, XCLVSIF etc…

UNE INDUSTRIE PARALLÈLE !?

A défaut de se faire valider par les grands, les artistes de la nouvelle génération ont relevé le défi de se prendre en charge par leurs moyens en créant leurs propres labels, en apprenant le beatmaking, la réalisation et la maîtrise des réseaux de distribution.

Parmis les beatmakers on compte EJ de MAFIA 241 qui a produit pour DON’ZER dont le titre « Wazé Mabanga » et bien d’autres ; ou encore 99BEATZ qui a produit le titre « Prologue » du CYPHER 3ÈME KANAL fait au Sénégal par des jeunes rappeurs gabonais l’an passé. Mais la liste de ses talentueux beatmakers est longue.

Si la réalisation des premiers groupes cités plus haut avait souvent été assurée par des réalisateurs tels que OLSTR8DESIGNFX, ces dernières années, VINCE BOUSSAMBA s’est ajouté ainsi que ELT VISION, un pur produit de ce mouvement, qui avait commencé par le rap sous le pseudonyme ELFÈGE LE TITULAIRE (ELT) et réalisait lui même ses street-Clips.

Certains studio reviennent aussi plus souvent comme RMC (RECORDS MONEY CASH) pour ne citer que ce dernier. Et Côté distribution et promotion, ils ont privilégié les réseaux sociaux et le streaming au lieu des médias audio-visuels conventionnels et cette stratégie porte de plus en plus ces fruits.

POUR QUELS RÉSULTATS ?

Ces artistes font des chiffres non négligeables sur les plateformes de streaming dont la plus utilisées est Soundcloud où le compte « GHOSTMRKING » de MRKing cumule plus d’un Million de Streams.

Le premier single solo « Non Non » de NEDA a plus de 132 000 écoutes. Son dernier « Vicelife » en duo avec MIKEE PABLO (NOC) a cumulé plus de 630 000 streams. C’est certainement la mixtape la plus streamée du pays depuis l’année dernière sur Soundcloud.

Le clip « Massamayo » de LIL VAN et BOY KLS est à plus 108 000 vues sur YouTube en 11 mois et le clip « Mabanda Flash Mcqueen » de BOY KLS flirte avec les 138 000 vues.

D’ailleurs la catégorie Mixtape/EP de BWELITRIBE AWARDS (BTA) avait été dominée par ces jeunes avec les projets tels que « Mauvais Garçons » de XCLVSIF ; « HRCRXX » de SSOLOGOD qui a déjà dépassé les 100 000 streams ; « Variety » de MICKY M et « Vicelife » de NOC.

Pour ce qui est de la scène, ils font aussi des show-Cases et des prestations dans les kermesses, établissements secondaires et ils sont également invités par les plus grands, c’est le cas de MICKY M qui a fait l’avant-première de SHAN’L le 21 Février durant son Show-Case au BLUE NOTE à Paris.

Loin d’être exhaustif, on espère que cet article suscitera plus d’intérêt pour ces jeunes qui ne demandent qu’à être considérés à leur juste valeur et prouver qu’ils ont une place à se faire dans le Game. Remerciements à la plateforme Edito, consacrée à cette génération d’artistes et dans laquelle on a obtenu bien des orientations pour la rédaction ; Big up particulièrement à WAVY et JONATHAN MOREAU.

Donne ton avis

Jeune passionné de hip hop, il met sur papier son avis à propos des sujets liés à la culture urbaine.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here