CP:« Nous ne sommes pas à l’origine de la dépravation»

557
1

C’est en septembre 2017 que sort le titre « Bordelle » de RR SWISS, DARRYL STYLIGHT, DEN-G, BLACK-G et MONSTER G.LEEZ. En quelques mois le son s’est répandu comme une trainée de poudre dans tout le pays. Et peu après les cinq potes se réunissent pour former le COLLECTIF PEOPLE et signent avec le label AFRICADREAM. Aujourd’hui CP passe sur TRACE AFRICA et a un EP dans les bacs. Allons-y à la rencontre de ce crew bordélique.

WAZEMUSIC : Salut COLLECTIF PEOPLE, d’où vous vient l’idée de vous réunir en collectif ?

COLLECTIF PEOPLE : salut ! Bon déjà nous vous remercions pour cette interview. Il faut tout simplement dire que le COLLECTIF décide de se former suite au grand succès de « Bordelle ». Dans l’optique de bien faire les choses, nous avons décidé de nous réunir pour mieux développer nos ambitions musicales.

WAZEMUSIC : Bordelle c’est le hit qui vous lance, comment avez vous gérer le succès du son ? Vous attendiez-vous à une telle déferlante ?

COLLECTIF PEOPLE : Déjà, nous avons su gérer le succès de ce titre, la preuve aujourd’hui nous avons signé à AFRICADREAM et de surcroit nous sommes unis plus que jamais ! Le succès de « Bordelle » est juste inexplicable, nous même avons été surpris par la dimension que ce son a pris.

WAZEMUSIC : On a écouté les sons tels que Bordelle, Bordelle c’est Bordelle, Tochame (bordelerie). Pourquoi restez-vous sur le même thème, est-ce par manque d’inspiration ?

COLLECTIF PEOPLE : Humm … Permettez-nous de restructurer un peu l’idée, d’abord le mal ne réside pas dans le manque d’inspiration si c’est ce qui en résulte de l’inconscience collective croyez nous, nous avons encore un régiment de munitions. Il est juste question de peindre tout simplement nos réalités en musique, la bordelerie est un fléau qui ne date pas d’hier. Si nous insistons sur cette thématique, c’est pour dénoncer de la façon la plus aiguë ce phénomène qui mine notre société !

En suite, il ya divers façon d’aborder ou de traiter un thème, on n’a pas forcément tous le même entendement, donc on continuera de dénoncer les mauvais comportements de nos sœurs, femmes, tantes et autres via des titres comme « Tochame » et plusieurs autres que vous retrouverez dans notre EP « WOYAAA » alors permettez-nous l’expression « La bordelerie là sera kinda »  !

WAZEMUSIC : La critique au sujet de la dépravation des mœurs est assez virulente ces derniers temps, qu’en pensez-vous ?

COLLECTIF PEOPLE : Très bonne question, la dépravation des mœurs nous la vivons comme tout le monde mais nous n’en sommes pas forcément à l’origine comme plusieurs personnes le pensent, et la pierre est directement jetée sur tous ces jeunes nouveaux artistes gabonais qui en parlent dans leurs sons.  On prendra pour exemple l’artiste 2Mj avec son titre « Le trou » produit par Roy ou encore Don’zer avec le titre « Goudronier» produit par Volexus pour ne citer que ceux là… oubliant que l’artiste en lui-même est aussi celui là qui a cette subtilité de se mettre dans la peau d’un autre pour véhiculer un message !

Croyez-nous, le réel problème est plus profond, tout part de l’éducation de base, quelqu’un qui a bien été construit dans son éducation ne peut se livrer à la dépravation NOUS, COLLECTIF PEOPLE, ne sommes pas charger de mettre de l’huile sur le feu ou inciter les jeunes à adopter des attitudes susceptibles de ternir l’image de notre société bien au contraire, nous sommes de ceux qui veulent crever l’abcès du quotidien noir que le manque de loisirs et la carence d’activités éducatives engendrent et ce via notre musique !!

WAZEMUSIC : l’idée de censure de certains sons vous parle ?

COLLECTIF PEOPLE : La censure est une belle initiative mais ce n’est pas le fait de censurer CREOL ou X qui empêchera la jeune monica du pk12 d’arrêter de porter une jupe assez courte ou de prendre des stupéfiants ! Cherchons d’abord à comprendre les causes que de nous focaliser sur les conséquences !

WAZEMUSIC : Donc vous lancez un concept de « Boucaniers » depuis votre arrivée à AFRICADREAM, parlez-nous un peu de cette idée.

COLLECTIF PEOPLE : Comme tout artiste il fallait bien qu’on trouve notre concept à nous pour se démarquer des autres artistes. AFRICADREAM est un grand label avec beaucoup de talents et nous on veut juste apporter un plus en marquant la différence dans nos concepts. Parce qu’au final ça ne sert à rien de faire comme tout le monde.

WAZEMUSIC : Comment s’est fait la rencontre avec le label AFRICADREAM ? Entre nous c’est quoi le Way, le contrat est-il alléchant ?

COLLECTIF PEOPLE : (Rire) Nous sommes le 28 mai 2018 à 20h et nous recevons un appel de l’ogre gabonais AFRICADREAM qui nous encourage et nous propose de fusionner sur un projet de production avec eux ! Grosse aubaine pour nous et après avoir vu les contours du contrat qu’il nous a proposé, nous avons pris le temps de visualiser et analyser les tenants et les aboutissants et avions décidé d’accepter cette expérience d’abord pour grandir mais aussi pour prouver qu’il y’a encore du potentiel au pays en matière de musique.

Et avec AFRICADREAM nous allons travailler d’avantage pour atteindre des sommets inexplorés jusqu’ici dans la musique gabonaise en particulier et africaine en générale…concernant les closes du contrat vous savez ce qu’on dit : « L’argent n’aime pas le bruit » lol.

WAZEMUSIC : Woyaaa, c’est votre premier EP, pouvez nous en dire un peu plus ?

COLLECTIF PEOPLE : Il faut tout simplement dire que « Woyaaa » est une street tape de 7 titres où l’on essaie de ressortir des histoires ou encore des situations qui se passent couramment dans nos quartiers et dont la femme malheureusement est souvent au centre de tout ceci. C’est un EP à caractère street car on tenait à demeurer toujours vrai !

WAZEMUSIC : Espériez-vous un jour passer sur TRACE ? Comment avez vous réagi lors de votre passage là bas avec votre dernier clip « Tochame » ?

COLLECTIF PEOPLE : Bien évidemment qu’on attendait ce moment vu qu’on travaille comme des fous pour vivre ce genre de moment. Sans oublier aussi le travail que fait notre producteur monsieur Mario DIPENDET épaulé par notre manager madame PAMELA NGUEMA.

WAZEMUSIC : Sinon c’est qui le plus bordélique dans votre collectif ?

COLLECTIF PEOPLE : Lol ! Votre question là vraiment…On est tous bordélique à vrai dire.

WAZEMUSIC : Merci les gars, votre boucan de fin ?

COLLECTIF PEOPLE : Bah nous vous remercions pour cette interview et vous donnons rendez-vous le 25 septembre, donc demain, pour la sortie officielle de l’EP « Woyaaa »

 

Donne ton avis

1 COMMENTAIRE

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here