Fête de la musique : les artistes gabonais ont- ils de la valeur ?

275
0

La fête de la musique a pour vocation de promouvoir la musique. Cet événement musical  a lieu tous les 21 juin de chaque année dans plus de 110 pays. Le Gabon ne pouvait rester en marge de cet événement compte tenu des talents qu’il regorge. Cependant l’édition de cette année 2016 s’est déroulée d’une manière un peu particulière. Beaucoup d’artistes se sont plaints de l’organisation de l’évènement et du traitement qui leur était réservé. Pourquoi nos artistes sont-ils mécontents? De quoi se plaignent-ils ? Allons y voir les différentes plaies qui handicapent le showbiz gabonais.

L’amateurisme  des artistes.

Si au Gabon les artistes n’ont pas de valeur c’est en premier à cause de leur amateurisme. Les artistes se comportent comme des mendiants, de vulgaires saltimbanques bons qu’à divertir les bourgeois et les foules en récompense d’une pseudo popularité au quartier et des miettes. Aucune carrière n’est envisagée de leur part.

D’autres n’ont pas conscience de ce qu’ils valent le manque de professionnalisme est criard dans le Game. Tous font du social dans les shows cela se justifie par les cachets minables qu’ils reçoivent tandis que les promoteurs se font de l’argent sur leur dos. Les artistes se battent entre eux pour des futilités alors que l’unicité du showbiz gabonais est de rigueur. Si on n’est pas conscient de sa valeur intrinsèque on vous traitera toujours comme des esclaves.

Réaction d’un internaute au lendemain de la nuit de la musique.
Réaction d’un internaute au lendemain de la fête de la musique.

Les artistes sont responsables à 90% de la maltraitance dont ils sont victimes de nos jours. La cupidité ne peut pas prendre le dessus sur le talent. Beaucoup de nos artistes ont un job en dehors de la musique, ils investissent leur argent pour sortir des produits mais la récompense au bout de l’effort n’est pas toujours au rendez-vous.

Bien que la majorité soit toujours engluée dans l’amateurisme, il y a quand même quelques-uns qui ont compris qu’il faut sortir de la caverne. L’absence du rappeur NG BLING n’est pas passée inaperçue. Très attendu par ses fans, le rappeur a brillé par son absence car le cachet prévu pour sa prestation n’était pas à la hauteur. Voilà ce qu’on appelle imposer le respect ! Les artistes doivent d’abord eux même se mettre en valeur. D’aucuns jugeraient son acte comme un boycott ou de la prétention et d’autres pensent même que c’est suicidaire de sa part vu le contexte actuel (petit clash entre son producteur et un chanteur de la place) mais NG BLING a montré la voie aux artistes et malgré des critiques partagées et des interventions diverses, il en sort renforcé car aujourd’hui on lui donne raison.

 Mise au point du rappeur NG BLING sur son compte facebook
Mise au point du rappeur NG BLING sur son compte facebook

Les  artistes doivent maintenant avoir une ligne de conduite stable. Ils doivent être récompensés à leur juste valeur. Il faut désormais arrêter de se rabaisser  donnons de la valeur à notre travail.  C’est vrai que la vie d’artiste est compliquée, beaucoup sont dans des conditions précaires et instables, mais les artistes doivent être rigoureux et unis dans leurs activités.

Les promoteurs véreux et leur amour pour les artistes d’origine étrangère.

Il est bien vrai que nos artistes sont en grande partie responsables de la maltraitance actuelle, mais les promoteurs aussi œuvrent à la destruction des talents locaux. Ces derniers négligent nos artistes cette négligence est comparable à du mépris. Cela se justifie par leur dévotion aux artistes étrangers au détriment des locaux.

Si nous prenons l’exemple de la fête de la musique, il est étonnant que l’on fasse venir JOVI à coup de millions de franc  FCFA et les artistes locaux reçoivent les miettes. Les promoteurs n’ont pas  de considération pour nos artistes.  Ce mépris s’est accentué et sa crée maintenant des frustrations et bientôt le vase va déborder.

Commentaire du rappeur Don Fiesta sur la situation.
Commentaire du rappeur Don Fiesta sur la situation.

Les artistes sont maintenant remontés contre les promoteurs locaux cette fête de la musique pouvait bien avoir lieu sans artistes étrangers. La présence de JOVI n’était pas nécessaire on ne fête pas la musique chez lui ?  Il n’y a pas assez d’artistes au Gabon capables de faire un concert de taille jusqu’à l’aube ?

Obelixx
Publication d’OB LIxx sur la situation.

Il n’est pas mauvais de faire venir les artistes étrangers au contraire c’est une opportunité pour nos artistes de se faire connaitre, d’échanger et de côtoyer des autres artistes. Mais ce qui est reprochable c’est le traitement qui est réservé aux artistes locaux. L’artiste local doit bénéficier du même traitement que l’artiste étranger. Revenons une fois de plus à la fête de la musique : on ne peut pas donner une loge et des hôtesses aux artistes étrangers et les artistes locaux sont là  debout  avec des bouteilles d’eau minérale pour se rafraîchir. Les passages des artistes doivent être respectés on ne peut pas bouleverser un programme sans en informer les artistes qui vont prester. Cette avalanche de maladresse de la part des organisateurs a frustré plus d’un.

 Publication du caricaturiste Pahé sur la frustration des artistes
Publication du caricaturiste Pahé sur la frustration des artistes

Le Gabon est un pays qui a beaucoup d’artistes talentueux mais ces talents sont phagocytés par une poignée de personnes visent à embrigader le showbiz gabonais. Notre pays est le berceau du rap africain (explication dans une chronique dédiée au groupe V2A4 sur le site  www.justraprnb.com ) mais nous sommes les derniers dans le showbiz africain. On peut sortir de cette situation honteuse si on songe à remédier aux différents maux cités plus haut.

En somme nos artistes peuvent se faire respecter mais ils doivent d’abord avoir le respect pour leur propre art ainsi que de la rigueur. Vivre de la musique au pays n’est pas tant une chimère, le cacique BAPONGA le prouve tous les jours. Les promoteurs doivent savoir que le public aspire à voir leurs artistes locaux prester dans des bonnes conditions sans occulter le fait de recevoir aussi des artistes étrangers car le Gabon est un pays accueillant, tolérant et ouvert. On doit privilégier l’ascension et le développement de la musique urbaine gabonaise au sommet de l’Afrique car aucun étranger ne le fera à notre place : sommes-nous à la croisée des chemins ? Wait and see !!!!!

 

Donne ton avis

Chef de projet digital, E-Markerter, alchimiste de la conception d'interaction. Passionné par le Digital et les objects connectés. Entrepreneur pionnier des plateformes de promotion digitale au Gabon (LBVGROOVE, WAZEMUSIC) et en Afrique (AFRICAGROOVE, JUSTRAPRNB, KONECT).

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here