GREGSON: « Si tu me respectes je te respecte aussi »

169
0

GREGSON est un rappeur gabonais qui a commencé le rap à Libreville et c’est après son bac qu’il s’est envolé au Canada pour ses études. GREGSON se fait connaitre, aux yeux du grand public, en 2006 avec la grosse collaboration « invasion Barbare » qui a vu la participation LESTAT et DON ALIAS. Puis il enchaîne des singles en solo tels que « Quiero » ou encore « Destination Gabao » qui a eu un certain succès dès sa sortie en 2006 également .

Après il a sorti d’autres sons et a collaboré avec quelques rappeurs dont le français BRASCO qu’il a invité sur le titre « Pas l’temps d’parler ». Allons à la rencontre de GREGSON dans cet entretien exclusif…

WAZEMUSIC: Bonjour Gregson, 2013 a été très prolifique pour ta carrière à quoi cela est dû?

GREGSON : Bonjour, tout d’abord j’ai l’intention de sortir un projet d’album avant la fin de l’année. J’ai sorti cet été 2013 un premier single qui en a surpris quelques uns à mon avis.

 WAZEMUSIC:: En effet ta vidéo « Pas l’temps d’parler feat. BRASCO» est pro et très bien réalisée, comment s’est fait le contact avec cet artiste et où a été tourné le clip ?

GREGSON : Nous avons tourné le clip à Paris ainsi qu’à Montréal. Le contact s’est fait via une personne qu’on a en commun. Il m’a lancé l’idée de collaborer avec un rappeur français et j’ai pensé que ce serait une bonne chose. Après il fallait que ce soit aussi un rappeur qui rappe bien, qui a un bon flow et qui est quand même dans la tendance. Je trouve qu’il a fait un bon boulot.

 WAZEMUSIC:: On a l’impression que ton séjour aux USA t’a permis de mûrir dans le rap que retiens-tu de cette excursion ?

GREGSON : Et bien, je pense qu’on est en constante évolution. J’ai plusieurs facettes également que beaucoup ne connaissent pas encore.

WAZEMUSIC: C’est que ça se sent dans le taf, mais que devient le projet invasion barbare ?

GREGSON : On est tous frangins avant tout, donc entre frangins parfois on se perd de vue, parfois nos priorités changent. Mais lorsqu’on se revoit c’est toujours du bon. Pour l’instant il n’y a pas de suite prévue, mais on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

WAZEMUSIC: En parlant de frangins quel rapport tu entretiens avec les autres rappeurs gabonais?

Bon ça dépend desquels, à la base  je suis un gars qui n’a pas de problèmes avec les gens je fais mon truc, je suis ma voie. Si tu me respectes je te respecte aussi. Mais je ne cours pas après les gens, ceux qui veulent une collabo n’ont qu’à payer sinon je ne suis pas dedans.

WAZEMUSIC: Donc en frangin, tu ne peux plus accorder un feat ?

GREGSON : Si bien sûr, je fais des feats avec mes frangins justement, mais si on ne se know pas j’en tire quel bénéfice? Faut comprendre que je ne fais pas ça pour m’amuser j’essaie d’être pro et faire des trucs de qualité. Donc si tu m’approches avec des faux trucs qui n’ont même pas de budget à la base ça ne me motive pas.

WAZEMUSIC: Quelle vision as-tu de ce rap gabonais depuis le canada ?

GREGSON : Et bien je trouve que, malgré le manque de structures et parfois de moyens, il y a tout de même de bonnes choses qui se font. Je sens surtout que les gabonais aiment le hip hop, on voit de plus en plus de jeunes artistes maîtriser les rouages de ce mouvement, dans leurs textes, leurs flows, leurs styles…

WAZEMUSIC: Avec qui tu zones au Canada (ton crew) ?

GREGSON : Je fréquente les mêmes personnes ici depuis des années, ce sont des gens qui sont avec moi dans ma structure FIRST CLASS principalement. Je « zone » aussi avec des gabonais et des personnes d’ici.

WAZEMUSIC: À quand un retour pour un show au pays?

GREGSON : Je reviens généralement au pays au moins une fois par année, parfois c’est un peu plus long. Mais lorsque je viens c’est principalement pour voir la famille, me ressourcer… Maintenant s’il y a un show et que l’on m’invite je réponds toujours présent dans la majorité des cas.

WAZEMUSIC: Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?

GREGSON : Le dernier album que j’ai pris la peine d’écouter ce n’est pas du rap ; il s’agit de « Winston McAnuf & Fixi » un duo qui mixe le reggae aux sonorités Jazz, j’adore ça. Sinon ce que j’écoute ce ne sont que des instrumentaux, je suis en phase d’écriture alors dans mes oreilles je n’ai rien d’autre que les beats sur lesquels je travaille. Une fois ce processus terminé je verrai un peu ce qui se passe.

WAZEMUSIC: Quel est ton expression préférée en argot boma ?

GREGSON : Le premier qui me vient en tête c’est « kinda » Un mot que tu peux utiliser dans des situations complètement différentes, pour des motifs complètement différents et qui aura une signification qui n’a rien à voir (le bodge de la go là est trop kinda… mon exam de math là était kinda…) C’est ce que j’aime avec notre argot, il est très créatif, et ne cesse jamais d’évoluer. Chaque fois que j’arrive au pays il faut que je fasse les mises à jour des nouvelles expressions du moment.

WAZEMUSIC : Merci GREGSON ton mot de fin.

GREGSON : Et bien simplement vous encourager pour le travail que vous faites pour le hip hop gaboma, cela contribue à faire rayonner notre culture au delà de nos frontières. Merci au public qui me suit et me supporte, je suis conscient que certaines personnes veulent mieux me cerner et aimeraient que je sois plus présent au pays ou même dans le rap game gaboma, je ferai des efforts aussi dans ce sens.

Donne ton avis

Chef de projet digital, E-Markerter, alchimiste de la conception d'interaction. Passionné par le Digital et les objects connectés. Entrepreneur pionnier des plateformes de promotion digitale au Gabon (LBVGROOVE, WAZEMUSIC) et en Afrique (AFRICAGROOVE, JUSTRAPRNB, KONECT).