Les « 3 Révélations » de ces dernières années !!!

309
0

Depuis plusieurs années, la scène urbaine gabonaise enregistre des hits qui sont mis sur le marché par des artistes alors là inconnus du grand public : les révélations de l’année.

Nous employerons le terme de « musique urbaine gabonaise » car il englobe toutes les tendances et n’est pas limité à un style particulier. Ainsi, la musique urbaine gabonaise voit arriver chaque année de nouveaux artistes avec des hits, d’une fraîcheur particulière, qui font vibrer tout le pays. Le site WazeMusic en a consacré 3.

Nous commencerons notre exposé par l’année 2015 qui fut celle de l’artiste ZYON STYLEÏ du label THE NODE MUSIC. En effet tel un ovni, l’artiste se pose sur la scène musicale urbaine gabonaise avec le titre « On vous bolai ». Ce single, style Trap music, le propulse au sommet des chartes gabonais de l’année 2015 et il en devient ainsi la révélation. Et dans la foulée, ZYON STYLEÏ enchaîne avec le titre « Ndjoka » et bien d’autres.

Dernière activité connue : il est ce moment en tournée en France.

2016 commence avec un titre afropop assez atypique intitulé « Vis ta vie » de l’artiste LOVA LOVA ANEL’K. Ce chanteur brut de décoffrage, à la voix envoûtante, devient la coqueluche des shows et événements cette année là où il enchaîne plusieurs hits et depuis lors n’a jamais cessé d’en produire.

Il est le seul artiste urbain gabonais dont tous les sons passent dans les playlists des DJ du pays. LOVA LOVA ANEL’K est la révélation de l’année 2016.

Dernière activité connue : il revient d’un voyage fructueux au Nigeria.

« Goudroniers, chef des groudroniers », tels sont les premiers mots qui résonnent dès le début du hit de l’année 2017. En effet, le jeune rappeur DON’ZER débarque cette année là avec le son roots « Goudronier », un hit national qui a donné une certaine impulsion à la musique urbaine gabonaise.

Plusieurs jeunes rappeurs et même les plus anciens dans le game s’en sont inspirés pour écrire à leur tour des sons. Le caractère simple et descriptif du son avec un langage du Madouaka a conquis le public gabonais malgré quelques critiques sur l’aspect incitatif du son. DON’ZER est sans conteste la révélation de l’année 2017.

Dernière activité connue : il vient de sortir son deuxième clip « Go c Go ».

2018 a tout de même commencé sur les chapeaux de roues avec des titres assez intéressants et des nouveaux artistes prometteurs qui veulent conquérir cette musique urbaine gabonaise.

Alors qui sera la révélation de l’année 2018 au pays?

En attendant, Bonne Fête de la Musique à tous.

Donne ton avis

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here