LESTAT XXL : «ZORBAM ne bénéficie de l’aide d’aucun mécène»

2669
1

WAZEMUSIC : Bonjour LESTAT, après une longue absence te voici de retour dans le game avec « En Attendant l’Émergence » (E.A E), où étais-tu passé ? Et pourquoi avoir opté pour ce titre d’album ?

LESTAT XXL : Disons que contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’y a pas que la musique (Rires)!!! Certaines situations personnelles ont accaparé la majorité de mon temps ainsi que les affaires car j’aime entreprendre. Mais la passion et l’amour de la chose ne m’ont jamais quitté.

En Attendant l’Émergence ou que se passe-t-il dans nos vies présentement depuis les événements de 2016 et dans l’attente fatidique de l’amélioration de nos conditions de vie et plus généralement du fonctionnement de notre pays bref cette fameuse émergence que l’on nous fait miroiter.

Il y a beaucoup de mauvais moments mais pas seulement car malgré tout, les gabonais continuent à vivre et je voulais illustrer ça avec cet album.

WAZEMUSIC : On sait que le ZORBAM met souvent une éternité à sortir les albums après l’annonce de ces derniers. Comment as-tu opérer pour être dans les temps et nous sortir E.A.E ?

LESTAT XXL :(Rires) LE ZORBAM est l’un des rares labels totalement indépendants au Gabon, nous ne bénéficions de l’aide d’aucun mécène, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes, ce n’est pas toujours facile mais c’est un choix que nous assumons.

Cela peut prendre du temps mais l’important est qu’au final les produits sortent et que notre intégrité soit sauve. Je suis exigeant avec moi-même, je me devais de sortir ce produit pour tous ceux à qui ma musique a manqué pendant toutes ces années.


WAZEMUSIC : Après écoute des 23 plages, on remarque que t’as pas perdu de cette prestance lyricale : félicitations pour le gros boulot. Comment se sont passées les collaborations, sur quelles critères les as-tu choisi ?

LESTAT XXL : Merci, je considère que j’ai encore tout à prouver, je ne me repose pas sur les lauriers du passé, je continue d’apprendre. Concernant les feats, c’était assez naturel, quand j’entendais la voix d’un artiste sur un beat, je le contactais, certaines collaborations n’ont pas eu lieu pour diverses raisons… Mais celles qui ont bien eu lieu reflétaient un peu mes goûts en termes de hip hop ou de musique gabonaise en général.

J’ai aussi collaboré avec Jedah, un artiste camerounais dont j’apprécie le travail. En gros j’ai travaillé avec des gens dont je suis fan et que je trouve talentueux. Tous les feats se sont faits assez naturellement.

WAZEMUSIC : On voit que c’est toujours LORD EKOMY NDONG qui est sur la quasi-totalité du projet, pourquoi n’avoir pas voulu changer de couleur cette fois-ci ?

LESTAT XXL : Concernant EKOMY, je considère que j’ai une alchimie particulière avec lui, en dehors de notre amitié, je pense vraiment qu’il est l’un des beatmakers les plus talentueux que je connaisse. Après il a aussi une disponibilité et une réactivité que d’autres beatmakers n’ont pas, du coup certaines choses ne se sont pas faites avec ces derniers.

Je voulais également ramener cette tendance de taffer avec une même personne et montrer sa diversité musicale par la même occasion.EKOMY peut vraiment tout faire, il n’a pas de limites musicalement parlant ou presque (Rires).

WAZEMUSIC : « Mon Drapeau » est le premier extrait du projet, là tu viens de lancer Intro (À la gare de l’Octra) comment s’est passé le choix de ce titre et la préparation du clip ?

LESTAT XXL : Mon Drapeau est sorti avant uniquement pour honorer la mémoire des victimes des derniers événements post électoraux lors de ce bien triste anniversaire. Pour « A La Gare De L OCTRA », ça me paraissait naturel, il s’agit vraiment de l’Intro de l’album et annonce assez bien les couleurs.

Pour le clip, j’aurais pu le tourner à LBV mais voulais un feeling différent, Pog est une ville spéciale de par son côté industriel, je voulais capturer ça dans ce visuel.

GASMARD et BAK ont vraiment fait ressortir ce que je voulais, ils avaient de très bonnes idées et un instinct de malade. Le bateau représente un peu ce que Gabon est en ce moment, et oui je sais qu’on dit SETRAG désormais(Rires).


WAZEMUSIC : Quelle sera le mode de distribution du projet ? En parallèle t’es-tu fais enregistré au BUGADA ?

LESTAT XXL : L’album sera dispo dès le 06 Avril sur toutes les plateformes en ligne, pour les nostalgiques, il y aura des CD en vente sur Port-Gentil et Libreville et il sera aussi dispo sur des plateformes gabonaises et africaines qui débutent un peu dans la chose car il faut louer ces initiatives. Il y aura aussi une surprise !

Je ne suis pas inscrit au Bugada pour le moment, je ne suis pas forcément opposé à cela mais j’aimerais mieux comprendre leur fonctionnement et pouvoir m’assurer de leur entière objectivité. Je reste ouvert à des éclaircissements éventuels.

WAZEMUSIC : On dit un peu trop souvent que « Le Rap était mieux avant ». Adhères-tu à cet adage ? Quels rappeurs de la nouvelle génération regardes-tu de près ?

LESTAT XXL : Je ne pense pas qu’on puisse affirmer que le rap était mieux avant ou alors il faut dire « le rap était mieux avant selon moi », c’est une question de goûts et d’opinions au final.

La nouvelle génération est souvent incomprise de la précédente, ça a toujours été ainsi, je ne juge personne mais j’ai forcément mes préférences, BAK, TRIS, TROY, LE KRYSTAL par exemple.

WAZEMUSIC : Qu’est-ce que LESTAT kiffe en ce moment dans son phone, sa playlist ?

LESTAT XXL : Beaucoup d’anciens albums de mes rappeurs préférés, j’aime bien TEKNO, CONWAY et DAMSO même si je n’ai pas encore écouté tout son album.

WAZEMUSIC : Quelle est ton expression préférée en Toli Bangando ?

LESTAT XXL : MADWAKA!

WAZEMUSIC : Merci Nda, ton mot de fin ?

LESTAT XXL : L’album sort ce vendredi 06 avril, j’ai hâte que les fans l’écoutent et me disent quels sont leurs morceaux préférés. Soutenez le Rap Gabonais que vous voulez entendre, personne ne le fera pour vous.

 

Donne ton avis

Passionné de musique et de TIC, avant-gardiste dans la diffusion des contenus ; milite pour la musique urbaine gabonaise.

1 COMMENTAIRE

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here