Accueil Interviews Mario :« Je dois chercher à dépenser moins pour gagner plus»

Mario :« Je dois chercher à dépenser moins pour gagner plus»

1002
0
PARTAGER

WAZEMUSIC : Bonjour Mario, il y a quelques années tu as créé AFRICADREAM. Peux-Tu nous faire un bref bilan du label ?

MARIO : Salut à toi et merci pour l’opportunité que  vous m’offrez car c’est rare pour moi de faire des interviews à la place de mes artistes. Nous avons lancé AFRICADREAM en 2014. AFRICADREAM  avait à son actif un maxi, des dizaines de singles, une dizaine de clips vidéo. Et je signale  au passage que la plupart de ces singles et vidéos ont occupé des premières places des classements dans des grandes chaines télé et radios locales et étrangères.

Un  de nos artistes a été récompensé au Cameroun. Aujourd’hui, nous sommes reconnus parmi les grands labels de production de la musique urbaine francophone. On peut ainsi dire que  trois ans après sa création, le bilan est positif.

WAZEMUSIC : AFRICADREAM étant en pleine évolution, vous avez créé Dreamsquad : pourquoi ce choix ?

MARIO : Nous l’avions fait pour deux raisons : la première raison était de donner une chance à des jeunes talents de voir leur musique sur les plateformes internationales.La deuxième raison c’était de répondre en même temps à la demande du marché.

En ce moment les phénomènes de groupe prennent de l’ampleur et nous avions jugé utile d’en créer un. Ce groupe devrait se composer des artistes pouvant s’adapter au chant, au rap et ses nouveaux courants.

WAZEMUSIC : Nous avons l’impression que ça n’a pas marché. Puisque les artistes comme Bob Starr et T Bool sont partis.

MARIO : ils ne sont pas partis, nous avons suspendu le projet. Nous avions fait un premier test avec le premier single « bb olivia ».  Les résultats étaient satisfaisants mais nous n’avions pas atteint l’objectif fixé.

Wazemusic : En d’autres termes DREAMSQUAD n’existe plus ? Alors quel est sort des deux autres membres qui sont restés ?

MARIO : DREAMSQUAD existera toujours. C’est l’association des quatre amis tant qu’ils le resteront ça se fera.  NDO’MAN et Bob Dan sont des artistes de AFRICADREAM avec des projets bien définis.

WAZEMUSIC : Nous avons récemment constaté le ralliement des artistes de Direct Prod et le groupe BGMFK à AFRICADREAM. Quels sont les dessous de ce deal ?

MARIO : Ce sont des signatures en management. Ils ont aimé notre manière d’exécuter les services et ils nous ont sollicités.

WAZEMUSIC : Beaucoup d’artistes gabonais signent chez Keyzit pour la distribution de leurs produits. Que penses –tu de cette affluence sachant bien que Dreamlinestore est une entreprise qui exerce dans le même domaine juste devant leurs yeux ?

MARIO : je pense qu’ils ont le droit de signer des deals qui les arrangent avec qui ils veulent. On s’est longtemps enfermés et je pense que c’est le moment de s’ouvrir au monde. En plus la distribution digitale n’est plus l’activité prioritaire chez Dreamline.

WAZEMUSIC : Il y a quelques temps tu as pris la décision d’interdire la diffusion des produits de tes artistes dans les chaines publiques locales pourquoi cette décision étrange ?

MARIO : c’était ce qu’il fallait faire. Nous devrions montrer à ces médias que les artistes sont désormais conscients de leurs valeurs. C’est-à-dire que les artistes sont prêts à prendre des risques pour montrer qu’ils ont de la valeur. Justement beaucoup ont pris en mal cette décision. Mais on ne peut pas se dire à l’ère du numérique que les artistes peuvent être verrouillés par ce qu’ils ne passent pas en radio ils peuvent ne pas être connus par ce qu’ils ne passent pas dans telle ou telle autre chaîne de télévision.

Un artiste peut se suffire en diffusant ses produits dans les réseaux sociaux et sur d’autres plateformes surtout les services  internet et se fera très bien connaitre. Sachant qu’une partie de la population n’utilise pas vraiment internet, nous voulions emmener ces médias à travailler avec certaines normes puisque les œuvres de nos artistes étaient diffusées de manière anarchique.

Certains téléchargeaient les sons de NG BLING et les diffusaient  comme bon leur semble. Nous avons décidé de régulariser cela  en signant des partenariats gagnant – gagnant. Et Dieu merci certains médias ont compris. Nous sommes repartis sur de bonnes bases

WAZEMUSIC: Cependant certains pensent que tu as un égo démesuré, d’autres murmurent que tu es pingre tu aimes la gratuité que penses-tu de toutes ces critiques ?

MARIO : En ce qui concerne l’égo, je dirai tout simplement que chacun peut dire ce qu’il veut. Je ne peux pas plaire à tout le monde. Les gens devraient plutôt me juger sur les résultats de mon travail dans le domaine musical et ce que ça a apporté au showbiz gabonais.  Je crois qu’AFRICADREAM – Dreamlinestore, nous avons apporté beaucoup depuis que nous sommes sur le terrain.

Nous avons contribué à beaucoup d’améliorations du système artistique au Gabon et dans l’Afrique francophone c’est ça le plus important pour moi. Parlant de gratuité, je dirai que c’est normal puisque je suis toujours en train de chercher les avantages pour mes artistes. Je suis un businessman je dois chercher à dépenser moins pour gagner plus c’est ça le business. Pourquoi m’en vouloir pour ça ?

WAZEMUSIC: En dehors de AFRICADREAM, Le label The Node Music a le vent en poupe ces derniers temps y aura –t- il assez de place pour ces deux géants de la musique  urbaine gabonaise ?

MARIO : Bien sûr, il y a de la place pour tout le monde. On ne peut pas tout faire seul. L’émergence de The Node Music est un soulagement pour nous. Nous sommes débordés par les demandes d’aides, de management, de production.  Ça contribue à l’évolution de la musique urbaine gabonaise.

Je souhaiterais que d’autres labels de ce genre sortent du lot mais ils doivent être organisés et structurés. Nous attendons l’arrivée de plusieurs labels qui permettront aux artistes d’éclore et de faire en sorte que les artistes gabonais puissent vivre de leur art.

WAZEMUSIC : Quels sont les projets de AFRICADREAM pour 2018 ?

MARIO : pour 2018, il y a des solos de NDO’MAN et BOB DAN qui arrivent. Déjà nous avons signé un deal avec Nouvelle Donne qui est un gros label de rap en France. Nous travaillons actuellement pour développer la carrière de NG BLING en occident, il y a beaucoup de bonne choses qui s’annoncent mais notre but est de signer nos artistes chez des majors.

WAZEMUSIC : Ton mot de fin ?

MARIO : Merci à Wazemusic, comme je l’ai dit au début de cette interview, c’est rare pour moi de donner des interviews à la place de mes artistes. Merci à tous les fans 2018 s’annonce explosif pour AFRICADREAM restez sur vos gardes !

Donne ton avis

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here