MHL : « Le Game Vert Jaune Bleu prend un nouveau cap avec moi »

381
0

MHL est un rappeur assez dynamique qui se révèle lors d’un Sound System organisé par la structure AFJ il y a un peu plus de 10 ans. C’est grâce à son talent de rappeur qu’il signe auprès de la dite structure qu’il quittera quelques années après.

C’est avec ses proches qu’il se fait un nom à Lbv avec la création du groupe HOVA GANG qui compte à son sein N’DO-MAN. En parallèle, MHL se perfectionne aussi dans le beatmaking et produit pour des artistes imminents de la scène gabonaise et africaine.

Aujourd’hui pour la distribution de ses œuvres, MHL a signé un partenariat avec la structure camerounaise HOPE MUSIC GROUP (HMG), et justement leur première collaboration vient de sortir, l’artiste nous en parle en détail dans cette interview.

WAZEMUSIC : Salut MHL, ta carrière semble être un petit mystère, peux-tu nous parler de tes débuts en quelques mots ?

MHL : Wassup WazeMusic ! Oui je comprends que ma carrière soit un mystère pour certains étant donné que je ne suis pas présent sur le terrain bien que je déplore aussi le manque de recherche de la part du public se disant fan de musique. Je me fais connaître du grand public en 2008 en gagnant le concours AFJ SOUND SYSTEM qui se conclura par ma signature avec le Label en question.

J’ai très vite porté la cape de beatmaker aussi et produit mon premier single « Mon Journal » suivi de plusieurs collabos avec BOSS PLAYA comme le single « je crois qu’elles m’aiment » ou « Makeemsayish » d’ISH( ISMAEL SANKARA). On a pu me voir sur toutes les grandes scènes musicales de l’époque (Nuit de la musique, Gabao Hip-hop etc).

En 2011 je me sépare du label AFJ pour me lancer en solo et mettre sur pied le projet HOVA GANG avec N’DO-MAN et d’autres proches à moi. HOVA GANG qui, aujourd’hui, est ma structure de production.

WAZEMUSIC : N’DO-MAN et toi pour le compte de votre groupe HOVA GANG, vous avez fait quelques projets, pourquoi le groupe a-t-il stagné ?

MHL : Ce timing est dû principalement à mon absence sur le territoire Gabonais. L’idée à travers HOVA GANG était vraiment de devenir indépendant afin d’exploiter au maximum notre créativité. C’est ainsi qu’on a enregistré le projet « Le show peut commencer »avec moi à la composition et N’DO-MAN à la direction artistique.

J’ai même réalisé des vidéos comme « Fume là zé » ou « O.M.G » (de véritables aventures lol). Déjà à cette période j’étais à Libreville suite au décès de mon père, raison pour laquelle j’ai fais un break à la fin du projet. Puis N’DO-MAN signe avec AFRICADREAM dans la foulée.

WAZEMUSIC : Comptez-vous bosser sur un sérieux projet et peut-on s’attendre à des surprises dans ce sens cette années ?

MHL : Oui bien sûr qu’il y aura en temps opportun d’autres projets. Cette année peut-être bien oui ça dépendra de plusieurs facteurs.

WAZEMUSIC : De ton côté on t’a vu évolué en France, puis au Ghana et maintenant au Maroc, es-tu un pigeon voyageur, quels expériences gardes-tu de tous ces lieux ?

MHL : La raison principale de ces déplacements est mes études. J’ai étudié les langues étrangères appliquées en spécialité Anglais d’où l’année au Ghana et maintenant je suis en Master audit et gestion d’entreprise. Ce que je garde, la culture, avoir vécu dans un milieu francophone puis anglophone et maintenant Arabe m’a beaucoup enrichi culturellement d’où ma musique. Et j’ai eu la chance d’exercer mon art dans chaque pays.

WAZEMUSIC : Ton actu c’est la sortie de la mixtape « HOVA BOY 3 » (HB3) sous les couleurs de HOPE MUSIC GROUP. Comment s’est fait le rapprochement avec cette structure ? Offre-t-elle de bonnes garanties ?

MHL : Alors déjà c’est moi qui ai contacté la structure tout simplement par mail. Je voulais passer à un niveau supérieur concernant la distribution de mes futurs projets. HMG a été intéressé par HB3 et m’a proposé un contrat pour ce projet et ceux à venir. En ce qui concerne les Garanties je suis pleinement satisfait, c’est une équipe jeune et dynamique qui s’y connait dans le domaine. Dédicace à Mr JEAN RAOUL ANYIA.

Avant cette signature je gérais à 100% ma carrière ce qui, à la longue, m’a rendu assez exigeant sur la qualité du travail. Et aujourd’hui, ma musique est beaucoup plus accessible.

WAZEMUSIC : Peux-tu nous parler justement du projet « HOVA BOY 3 », c’est quoi le concept derrière ?

MHL : HB3 comme son titre l’indique est la 3ème pièce du concept HOVABOY qui est un des mes Surnoms. Cette mixtape a été enregistrée entre LBV, Accra et Rabat. Je cherche à m’épanouir artistiquement, que ce soit en rap, chant ou en beatmaking.

Il s’agit ici d’une salade de fruits de mes expériences musicales pendant ces deux dernières années. Je ne me mets aucune limite à la création musicale bien qu’ayant mes bases hip hop. On peut ainsi y retrouver du Rap comme de l’Afro Pop ou même de la Pop/RnB avec « G.O.T » le tout produit par mes soins.

WAZEMUSIC : En écoutant justement le projet on se rend compte t’as pas un registre défini, et pourtant t’as fait tes classes dans le Rap, c’est quoi finalement ton style ?

MHL : Comme je l’explique justement il s’agit juste du mélange de cultures et de l’épanouissement de mon art. Je suis vraiment un passionné de Musique, pas juste de Rap qui n’est que mon point de départ.

Quand j’ai sorti « je crois qu’elles m’aiment » en 2010 les artistes qui alternaient Rap et chant n’existaient pratiquement pas au Gabon et aujourd’hui c’est drôle de voir qu’on se plaigne du contraire.

Tout ça pour dire que j’ai toujours eu un style diversifié. Je peux écouter du NAS, comme du FELA KUTI, ou du FRANÇOIS NGWA. De plus ayant l’avantage d’être compositeur je peux m’aventurer dans n’importe quel domaine et être à l’aise, voyez moi juste comme un Artiste.

WAZEMUSIC : Que prévois-tu après ça ? Des projets en perspective ?

MHL : Vu le contexte dans le lequel on évolue que tout le monde connaît, il m’est pratiquement impossible de me consacrer à cette activité à 100%. Néanmoins, pour 2019 je serais plus présent sur l’échiquier musical. Il y a le morceau « 7 ou ? » de NG BLING que j’ai produit qui tourne pas mal « Shaolinswag » de JOJO aussi et plein d’autres surprises qui arrivent.

A mon niveau je compte continuer sur ma lancée et frapper fort. « Lit Late » introduit le projet sur lequel je bûche actuellement donc je vous conseille de rester connecté.

WAZEMUSIC : NEPHTALI te titille un peu dans une de ses punchlines issu du BWITI GANG S02E02, que se passe-t-il entre vous sinon ?

MHL : Bof rien de bien méchant, je ne suis pas du genre à régler mes problèmes sur les réseaux sociaux si jamais j’en avais un. Je pense que les gens en font des tonnes pour rien. En gros il fait juste comprendre qu’il n’adhère pas à la plus part de mes chansons ce que je peux admettre en soi et qui est le cas pour tellement d’artistes. Mais dire Nul et MHL dans la même phrase forcément allait susciter des réactions.

C’est dommage qu’il n’y a qu’en ces moments que le soi-disant public Gabonais se manifeste avec tout le travail qu’on abat en amont. Et c’est avec humour que j’ai constaté qu’il suffit de ça pour remettre NEPHTALI d’actualité.

Si tout ce mouvement pouvait conclure sur de vrais hits, de vrais contrats etc… je pourrais y donner plus de considération. Je gérais un voyage pour Dubaï quand j’ai écouté le truc imaginez ma réaction lol…

WAZEMUSIC : Merci le HOVA BOY, ta dernière punchline ?

MHL : J’invite ceux qui ne me connaissent pas encore à me découvrir, ouvrir leurs esprits et réapprendre à écouter de la vraie musique avant tout peu importe le style car le Game Vert Jaune Bleu prend un nouveau cap avec moi.

Très peu d’artistes peuvent se vanter de sortir des hits en tant que beatmaker, d’autres en tant qu’interprète simultanément et étant quasi indépendant donc roulement sur fonds personnels, je pense que les gens n’ont pas conscience du réel enjeu ou en ont peur. Donc soutenez vos artistes sans complexe et God aidera pour la suite, le combat c’est à l’international qu’on doit désormais le mener…. Merci !!!

Retrouvez MHL sur Facebook (ici)

Donne ton avis

Passionné de musique et de TIC, avant-gardiste dans la diffusion des contenus ; milite pour la musique urbaine gabonaise.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here