OLIVIA PITHER : « Je suis une fille sportive »

1041
0

C’est au début des années 2010 que Mlle OLIVIA PITHER s’intéresse à la musique, elle la pratique pour le plaisir parallèlement à son métier de mannequin international qui lui prend beaucoup de temps. Voulant être au top dans le mannequinat elle abandonne la musique momentanément et se lance en même dans le business du fashion via son showroom. Aujourd’hui, après un break, elle a décidé de revenir dans la musique avec un single intitulé « Pas touche ». OLIVIA, l’une des membres du TELETUBBIES GANG, nous  ouvre son cœur dans cette interview.

WAZEMUSIC : Salut OLIVIA PITHER, plusieurs personnes au Gabon ne te connaissent pas vraiment, peux-tu te présenter brièvement à eux ?

OLIVIA PITHER : Je suis une franco-gabonaise du nom de Pither Olivia. Je suis mannequin international depuis plusieurs années déjà et musicienne depuis 2012. Je réside à Paris mais je suis très souvent à Libreville depuis deux ans pour des raisons professionnelles, je suis à cheval entre les deux pays.

WAZEMUSIC : Tes premières sorties en public en tant qu’artiste se font au départ avec le clip “Sexy Bitch” en 2012 puis t’enchaines avec “Tu me manques” et “Sans toi” un an plus tard, pourquoi avoir arrêté un moment ?

OLIVIA PITHER : J’ai arrêté la musique brutalement car je devais me concentrer sur le mannequinat car j’étais à cette époque sous contrat avec des agences et c’était ma priorité. La musique, au départ, étais juste un passe-temps et je ne pensais pas à cette époque évoluer dans ce domaine. J’ai donc mis cette passion en stand-by.

WAZEMUSIC : Est-ce finalement le temps qui te manquait pour avoir fait un si long break ?

OLIVIA PITHER : Effectivement il faut avouer que je n’avais pas le temps à l’époque, j’ai commencé la musique au début des années 2010 et j’étais encore en plein dans le mannequinat ; et c’était compliqué de gerer tout ça, c’est à dire être à fond dans le mannequinat et en même temps rester sur une carrière musicale j’ai du faire un choix radical. Ça fait maintenant près d’un an que j’ai décidé d’arrêter le mannequinat et j’ai plus de temps pour me concentrer et faire mieux les choses car j’ai pris de l’assurance et surtout de la maturité…

WAZEMUSIC : Tu viens d’annoncer la sortie imminente d’un single intitulé « Pas Touche », qu’est-ce qui a motivé ton come-back ? Et peux-tu nous parler de ce single ?

OLIVIA PITHER : Au Gabon plusieurs artistes m’ont pas mal soutenu et incité à revenir sous les spotlights, notamment CRÉOL, FANG, KIFRA-L, ma team LEXICAL FLO & DARCY et surtout LATCHOW sans oublié ma famille, c’est ainsi que j’ai décidé de reprendre la musique en étant bien chaperonnée. Je devais beaucoup réfléchir sur l’orientation à donner à ma carrière. Ainsi « Pas touche » c’est un peu l’image de ce que je suis maintenant, c’est ma folie, ma nouvelle vision décalée en fait. Et honnêtement j’appréhende un peu cette sortie car la pression monte !!!

WAZEMUSIC : Tu t’es lancée dans l’entrepreneuriat avec “Olivia Shop”, qu’est-ce que c’est exactement ?

OLIVIA PITHER : « Olivia Shop » me définit en tant que personne. Vu mon expérience dans le mannequinat, je voulais apporter une mode un peu plus américanisée, plus tendance avec une touche d’extravagance. Pour le moment j’ai un showroom privé mais j’envisage ouvrir une boutique dans peu de temps.

WAZEMUSIC : Est-ce intéressant de faire du business au pays, la clientèle est-elle réglo et fidèle ?

OLIVIA PITHER : Pour le moment je vise une clientèle plus tendance, plus jeune et actuelle. Je m’intéresse aux filles qui aiment la mode, celles qui sont toujours à l’affut de la moindre nouveauté et qui adorent la rareté de ce que je leur présente.

WAZEMUSIC : A propos des clients, on voit que tu as habillé des stars de la musique telles que CRÉOL, SHAN’L, WANNEL ou encore MIHNEY, êtes vous de bonnes copines ? As-tu été sollicité par d’autres stars ?

OLIVIA PITHER : J’ai un concept assez tendance et j’aimerais évoluer également dans ce domaine car je suis avant tout une femme d’affaire je garde de bon rapport avec tous les artistes que j’ai habillé. J’ai également été sollicitée pour fournir des costumes à des artistes de la variété (traditionnelle et moderne) et à des danseuses lors du festival « Les 9 Provinces » pendant cette saison sèche.

WAZEMUSIC : Il y a plusieurs mois sur les réseaux sociaux, t’as lancé un délire nommé “TELETUBBIES GANG ”comment tout ça a commencé et c’est quoi le concept derrière ?

OLIVIA PITHER : Le TELETUBBIES GANG est tout d’abord parti d’un délire entre sœurs pendant un repas. C’est à cause de nos vêtements assez spéciaux vu que dans nos sorties on ne portait quasiment que des combinaisons et les gens ont commencé à nous taquiner en disant qu’on portait des babygros (grenouillère).

Le seul souvenir d’enfance qui nous est venu en tête instantanément était les « TELETUBBIES » à cause de leur accoutrement et on a décidé de s’appeler ainsi pour le fun. En gros, c’est parti d’une blague entre sœurs. Le concept du TELETUBBIES GANG  est tout d’abord d’apporter du fun dans cette page où l’on aperçoit des filles sans complexe qui s’amusent dans n’importe quel endroit de la capitale sans prise tête, ni prétention aucune et c’est pour cela qu’on poste nos vidéos un peu fofolles. Cette page Facebook est également un blog mode tendance où certaines filles pourront s’identifier et s’inspirer des looks « Olivia Shop ».

WAZEMUSIC : Au lancement, il y a eu des critiques acerbes de certaines personnes à propos du gang, comment les avez-vous digérés ?

OLIVIA PITHER : Les critiques ont fusé de partout surtout sur les premières vidéos postées lors du lancement de la page. Effectivement sur l’une des vidéos, on s’amusait entre filles sur le son « Tchizambengue » de SHAN’L et ça suscité une vague de critiques indescriptibles où on nous a traités de tous les noms en proférant des injures abjectes jusqu’à atteindre notre dignité ; mais nous savons qui nous sommes car ces critiques salaces ne nous touchent pas et on en rigole même.

En outre, en 5 jours de diffusion on a eu 75 000 vues et 750 partages ce qui est absolument énorme.

WAZEMUSIC : Et comment les gens réagissent aujourd’hui ?

OLIVIA PITHER : Les gens ont compris qu’on n’était pas un gang à proprement parler mais plutôt un groupe de sœurs et c’est important car le terme gang est péjoratif au Gabon. Les commentaires sont de plus en plus positifs et il y a moins d’attaques. Bien sûr on revendique l’image de la femme indépendante, libre dans son choix vestimentaire et culturel, et cette perspective ne va pas changer.

WAZEMUSIC : Qu’est-ce qu’Olivia kiffe chez un homme en particulier ?

OLIVIA PITHER : Je suis très critique et surtout très portée sur le physique, je suis une fille sportive, je pratique de la boxe depuis des années et je prends soin de moi donc j’attends de même de la personne avec qui je suis. Faut qu’il soit ambitieux intelligent et surtout respectueux, bien sûr l’homme parfait n’existe pas mais comme on dit « on a le droit de rêver ».

WAZEMUSIC : Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment dans ton phone ? Et quel est ton Passe-temps favoris ?

OLIVIA PITHER : Je suis très éclectique j’écoute un peu de tout, de la musique urbaine gabonaise en passant par les US et du Reggaeton. Mais quand je suis au Gabon j’écoute un max de sons RnB. Je m’inspire et me gave des sons tendances du pays. En toute franchise, je trouve que le RnB et le Rap gabonais sont meilleurs qu’avant.

Concernant mon passe-temps, j’aime voyager car je déteste la routine c’est pourquoi je reste jamais longtemps dans un même pays. Je suis également très famille, c’est ma priorité.

WAZEMUSIC : Merci Olivia, ton buzz de fin ?

OLIVIA PITHER : Ne juge pas les gens sur les apparences car elles sont souvent trompeuses et surtout vis ta vie comme tu le souhaites, vis la sans limite, telle est ma devise.

Donne ton avis

Acteur social, passionné des langues , des cultures urbaines et des Technologies de l'Information et de la Communication.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here