YOCKO KIZO «Je ne crains aucun réalisateur gabonais»

256
0

WAZEMUSIC : Bonjour et bonne année KiZO, peux-tu te présenter auprès du public et dans quel domaine d’activité tu excelles?

 YOCKO KIZO : Bonjour et Bonne année aussi à toute l’équipe de WazeMusic : argent, santé et encore beaucoup plus d’abonnés et de projets. Alors je m’appelle YOCKO KIZO, jeune gabonais, je vis du côté de Bordeaux. J’excelle dans le domaine de la photographie, de la réalisation de clip vidéos et l’organisation d’événements. J’ai mis en place ma propre structure portant le nom de KIZOINDESIGN ; d’ailleurs en ce début d’année je viens de re-dynamiser ma page photographique sur Facebook vous pourrez ainsi y retrouver de nouvelles réalisations.

WAZEMUSIC : Est-ce facile de se faire son petit nid en Mbeng, quelles difficultés rencontre-t-on ?

 YOCKO KIZO : Comme pour toute autre activité il faut se battre pour se faire une place. Il faut développer des contacts et des collaborations afin d’élargir son champs d’action et se rendre visible. Nous commençons déjà à nous faire une petite place qui grandit. Récemment nous avons pu avoir le marché pour couvrir le concert de Singuila à Montpellier organisé par DELICE AFRICA. Une expérience riche qui a pu nous ouvrir quelques portes sur des projets qui vont bientôt voir le jour.

WAZEMUSIC : La photo est une activité que tu pratiques, après le GLVT (Gabon Lève Toi), quels sont les prochains défis du KizoInDesign ?

YOCKO KIZO : Après GLVT plusieurs projets sont prévus, notamment, un projet photographique avec un thème qui touche l’Afrique entière dont je m’abstiendrai de  parler parce qu’il est encore en plein développement avec une très grosse collaboration. Ce projet se fera au Sénegal du côté de Dakar. Ce pays africain  a une histoire très forte notamment avec la maison des esclaves à l’ile de Gorée.

A côté de cela plusieurs réalisations de clips vidéos vont arriver sous peu avec des rappeurs français très talentueux notamment HAZER et TESS qui viennent de Montpellier à découvrir. Il y a aussi la préparation de la  sortie la deuxième mixtape de l’artiste Saik’1ry avant la sortie officielle de son album et en fin d’année l’organisation d’un grand concert de rap sur bordeaux. Le projet est en plein développement actuellement. Je suis également dans l’association SOS RACISME où je m’occupe de la partie photographique avec ma collaboratrice Lyna. Là aussi plusieurs projets vont voir le jour dans peu de temps.

 WAZEMUSIC : Quelle relation as-tu avec le hip hop gabonais ? Et quelle idée te fais-tu de ce mouvement vu de l’extérieur ?

YOCKO KIZO : Avec le monde du Hip Hop j’ai de bonnes relations et je reste attentif à son évolution. Avec l’essor des réseaux sociaux mais également sur certaines chaines qui sont sur le câble on peut facilement avoir accès à ce qui se passe au Gabon. Je me fais personnellement une bonne idée du hip hop gabonais. Je pense qu’il se porte bien et je vois qu’il y a pas mal de choses qui se font comme des émissions spéciales pour présenter des jeunes talents, des concerts, des collaborations de qualité qui se font, des clips qui deviennent de plus en plus élaborés, des artistes qui passent sur Trace TV : choses qu’on ne voyait pas avant. Donc en gros l’industrie du hip hop est vraiment en train de se développer et j’aime bien.

WAZEMUSIC : Peux-tu nous parler de ta connexion avec Saik’1ry ?

YOCKO KIZO : Saik’1ry avant d’être un artiste avec lequel je travaille est d’abord un ami (un combi comme on dit) et une personne que j’apprécie beaucoup et qui a des valeurs que je partage fortement. Très sérieux dans le taf et est doté d’une plume très très tranchante, il ne cesse de m’impressionner quand nous sommes en studio. Personnellement je pense, sans langue de bois, que c’est l’un des meilleurs rappeurs gabonais.

WAZEMUSIC : Quels sont les réalisateurs gabonais que tu crains ou apprécies ?

YOCKO KIZO : Je ne crains aucun réalisateur gabonais je suis plus dans l’appréciation du taf donc je préfère te dire que j’apprécie pour rebondir sur le deuxième volet de ta question. Je vois qu’il y a de bon réalisateurs comme Juste Misterjack(Olstr8designFx) qui est une personne avec laquelle j’échange, régulière et ouverte il fait du bon taf et voir des gabonais qui charbonnent de la sorte ne peut qu’encourager tout le mouvement. Il y aussi Olivier Ebome qui fait du bon taf dans le domaine de la photographie.

WAZEMUSIC : Quels sont les événements qui t’ont le plus marqué en 2015 ?

 YOCKO KIZO : je commencerai par la France vu que j y vis. Ce sont les attentats de Charlie hebdo à Paris en début d’année et en fin d’année, ceux du bataclan. Au Gabon je parlerai de la mort du frère Béranger Obame Ntoutoume  décédé à la suite des  brûlures infligées par la police gabonaise.

WAZEMUSIC : Quand t’es à Lbv dans quel kwat zones-tu et avec quels éléments ?

 YOCKO KIZO : Quand je suis à Libreville je suis dans le 5ème arrondissement et plus précisément entre Ozangué, Mindoubé et Damas : je ne sais vraiment pas où me situer je suis à la limite de ces trois quartiers lol. Un arrondissement qui regorge des meilleurs rappeurs de l’histoire du Rap gabonais lol … Notamment Baponga, New Skul, Ekomy Ndong … c’est peut être pour ça que j’aime autant ce mouvement hip hop, surtout que je n’habite pas loin du studio Kage production qui a vu défiler  la plus part des rappeurs gabonais.

Je zone avec quelques amis d’enfance qui sont pour la plus part ici en France avec moi et j’envoie une force particulière à l’artiste Krystal Killer qui commence à se faire un nom dans le domaine de la musique lui aussi issu du quartier Ozangué, c’est un gar avec qui j’ai grandi.

WAZEMUSIC : Quelle est ton expression préférée en toli bangando ?

 YOCKO KIZO : Lol mon expression préférée c’est  « hormis le wé » … d’ailleurs il n’y a pas longtemps j’en parlais avec des amis ca veut dire « malgré le fait que… » en bon français. Après ça dépend du contexte lool. Bon ce sont les mots de chez nous tu sais…

WAZEMUSIC : Merci type, Ton mot de fin à l’endroit des Wazenautes ?

YOCKO KIZO : Force, courage, et DIEU a le dernier mot.

Publié le 15/01/2016

Donne ton avis

Passionné de musique et de TIC, avant-gardiste dans la diffusion des contenus ; milite pour la musique urbaine gabonaise.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here