YVY REALKILLER : « J’arrive à bousculer le Game en bougeant juste le petit doigt »

928
0

YVY REALKILLER « Le Prince du Hood » débute assez jeune dans le rap, inspiré par ses grands du quartier DELTA POSTAL (DTP) qui se sont regroupés au sein de BANLIEUE NORD. Avec ce collectif, YVY a su prendre des billes pour avancer dans le game.

Il intègre après le BGMFK et dévoile ses talents de rappeur mais également de chanteur. Voulant marqué sa singularité, il travaille en parallèle avec d’autres artistes et sort également des solos, c’est ainsi qu’en 2015 il donne la réplique à MOON dans « Appelle moi » et en 2016 il balance le clip du son « Pharaon » tourné à Paris.

Son actualité en 2018 a été marqué non seulement par la signature du BGMFK avec Universal Music Africa mais aussi par la sortie du projet 2417 du groupe, la présentation du projet LUMINIS CORPORATION avec le clip « Y’A R », sans compter le clash de fin d’année qui a embraser la « Raposphère » gabonaise durant des jours. Et en ce moment le même phénomène se répète dans le game mais cette fois-ci avec d’autres belligérants.

YVY REALKILLER(YVY REALKILLAH) « le Bad Boy du Delta Postal » annonce des projets pour cette année et nous parle à cœur ouvert dans cette interview exclusive.

WAZEMUSIC : Mbolo YVY REALKILLAH et meilleurs vœux, issu de BANLIEUE NORD, peux-tu nous dire comment t’as intégré le BGMFK ?

YVY REALKILLER : Salam le peuple, l’intégration dans le BGMFK s’est faite au retour de MICKY R des États-Unis avec qui on avait un bon contact depuis un bon moment et il m’a demandé de passer au studio tout simplement. De là, on a commencé à travailler régulièrement ensemble ainsi qu’avec JEY pour qui j’ai composé sur son album Rm2.0 ainsi que TROY sur certaines collaborations. Et pour RICKBEATZ, on travaillait ensemble depuis longtemps déjà.

Par la suite la reconstitution du gang s’est faite naturellement au vu de nos complémentarités ; on a simplement reformé le crew et décidé de changer la donne du bled en apportant un nouveau souffle et jusqu’ici, à mon humble avis, le pari a été tenu.

WAZEMUSIC : Peut-on dire que BGMFK et BANLIEUE NORD (DTP) sont deux entités opposées, l’une plutôt soft et l’autre hardcore ? Et comment arrives-tu à te positionner à ce niveau ?

YVY REALKILLER : Effectivement il s’agit là de deux opposés en termes de couleur. Pour la petite précision la BANLIEUE NORD est un groupe de Rap composé de mes grands frères (EL JEFE, DOC LA CENSURE, STAN DU 21, K2, TRENZA LE KNIF). C’est le Rap dans lequel j’ai grandi et ce sont eux qui m’ont encouragé dès mes premiers pas dans le hip hop donc d’une certaine façon je suis et je serais toujours BANLIEUE NORD. Et DTP c’est le surnom de mon quartier le Delta Postal qui est effectivement la banlieue nord de Libreville de par sa géolocalisation.

BGMFK c’est le crew avec lequel j’évolue, on a une forme singulière de sonorité et BANLIEUE NORD c’est la famille quoi et ça va bien au delà du Rap il s’agit d’une culture, d’un état d’esprit, de certains codes d’une ville « Akanda » qui a toujours été considérée comme outsider car ne faisant rien comme tout le monde.

WAZEMUSIC : Tu as fait les choux gras des médias avec ton ressent clash, et on a découvert un YVY percutant au micro contrairement à l’accoutumée avec ton crew, qu’est-ce que cette confrontation a réveillé en toi ?

YVY REALKILLER : Haha !!! Vous aimez trop ça … Bah écoutez vous m’avez peut-être découvert sous cette facette avec « Excalibur », d’autres me savaient déjà percutant seulement ça leur manquait. D’ailleurs même avec BGMFK, si vous prenez du temps sur la discographie et pas que sur les derniers titres en vogue, vous auriez remarqué que j’ai toujours été incisif…

Seulement les clashes pour moi c’est la routine car quand t’évolues, tu as plus de rageux c’est normal.  Et pour la confrontation avec le moureri et ses puces, ça n’a rien réveillé de particulier en moi j’ai juste pu observer combien de fois j’arrive à bousculer le Game en bougeant juste le petit doigt MDR

J’ai pu détecté également ceux qui étaient vrais envers moi et qui faisaient semblant de l’être, qui soutenaient YVY véritablement et qui sont les faux culs. Et vu que ça faisait un petit moment que j’avait pas mangé de MC, il fallait passer à table quoi…rien que pour la forme !!! Mais ce fut appétissant et j’ai encore des restes sur les molaires.

WAZEMUSIC : Tu es le genre de gars qui ne se laisse pas faire apparemment, peut-on te qualifier de Pitbull, toujours là à foncer à la moindre embrouille ?

YVY REALKILLER : A la moindre embrouille peut-être pas mais ce qui est sûr c’est que je ne mâche pas mes mots je dis tout bonnement ce que je pense ! Tu m’attaques, si je veux je te réponds et je te remets à ta place c’est tout. Je ne fais pas dans le politiquement correct…

WAZEMUSIC : A l’instar de tes acolytes du crew, tu roules aussi en solo à quand un projet 100% YVY ?

YVY REALKILLER : Yes un projet solo pourrait voir le jour. Je ne pourrais pas vous dire quand mais j’y travaille calmement entre temps je développe quelques petits qui arrivent fort notamment R DUB, GNTIK, DANCY que vous découvrirez au cours de l’année.

WAZEMUSIC : Le Rap au pays devient très variés avec ses différentes tendances, où peut-on te situer ?

YVY REALKILLER : j’ai toujours été un rappeur très diversifié donc me ranger dans une case peut s’avérer être difficile car je m’adapte facilement selon le mood et je varie très souvent Rap et Chant quoique ma base c’est le Rap … il ya toujours eu des tendances et il y’en aura toujours.

Par contre il faut savoir rester authentique, avoir sa propre identité c’est important et pas surfer sur la vague en sautant sur tout ce qui marche sinon la vague t’emporte.

WAZEMUSIC : Que souhaites-tu pour cette nouvelle année au Game Boma ?

YVY REALKILLER : Pour ma part artistiquement je voudrais voir des jeunes comme MR KING, IRIS ou encore ADB véritablement exploser car ils ont un gros potentiel, ils peuvent aller très loin si on mise sur eux. Techniquement mon souhait pour le Game Boma, d’un point de vue national, c’est qu’on puisse avoir une salle de concert appropriée sinon plusieurs afin de pouvoir mieux développer notre musique.

Je crois fermement que pour avancer vers la solution des droits d’auteur, faudrait déjà qu’on puisse mettre en place les édifices primordiaux permettant l’épanouissement total de nos arts donc à toi qui me lit : si tu as le Gain pour y contribuer appuie le bouton ça va aider tout le monde.

A l’international aussi qu’on puisse mieux s’exporter c’est vrai que les choses avancent, plusieurs artistes revalorisent l’étendard depuis un bon moment il faut aller encore plus loin. Le Gabon regorge de talents et on a l’une des plus grosses cultures musicales dans le monde faudrait qu’on explose encore plus ailleurs.

 WAZEMUSIC : Au pays, quand un artiste gaboma est en Mbeng, on se demande souvent pourquoi il ne perce pas là-bas ? Quelle est ton impression à ce questionnement récurrent des gabonais ?

YVY REALKILLER : Il faut savoir que Mbeng est un marché qui est pratiquement saturé et que ce n’est pas chose facile de s’imposer quand on est étranger et qu’on n’a pas une grosse machine derrière, surtout que nous sommes entre nous-mêmes déjà divisés et qu’il ya beaucoup de mauvaise foi. Nous ne formons pas une communauté solide à l’instar de ceux qui percent généralement en France qui sont, effectivement lorsqu’on observe, soutenus par les jeunes des cités qui s’identifient directement à eux ou par une grosse communauté qui les portent mais rien n’est impossible car la musique n’a pas de frontières.

Je pense donc qu’il faudrait qu’on puisse former une chaîne et pousser au maximum nos talents, miser sur nos artistes, les soutenir, créer des vrais événements, multiplier les collaborations avec les artistes de « Mbeng » et oser surtout oser …

Sinon il y a plein d’artistes boma qui font les , qui se battent les frérots de BE ONE THE VISION par exemple développent un mouvement underground nommé Goldtrap qui se met en place petit à petit, qui commence à attirer du monde et qui finira par porter des fruits!! C’est pas un combat gagné d’avance, mais je suis optimiste !!!

WAZEMUSIC : Quel est ton plus beau souvenir de l’année 2018 et pourquoi ?

YVY REALKILLER : La signature du crew à Universal Music Africa parce que c’est un petit pas pour nous mais un pas de géant pour le Gabon.

WAZEMUSIC : Merci YVY ton clash de fin ?

YVY REALKILLER : One love à ceux qui m’aiment. Fuck ceux qui me détestent fuck aussi ceux qui ont le mauvais cœur bourré de vampire. Cordialement.

On est ensemble !!!

Retrouvez YVY REALKILLER sur Facebook (ici)

Donne ton avis

Acteur social, passionné des langues , des cultures urbaines et des Technologies de l'Information et de la Communication.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here