Zoom sur l’atelier de Management Artistique : Magali forme la relève

191
0

Initialement prévue pour la période du 19 au 22 août 2015 , l’atelier de formation en management artistique a finalement eu lieu du 25 au 28 août 2015 donc elle a été décalée d’une semaine. En collaboration avec le Ministère de la culture, des Arts et de l’Education Civique et l’Organisation Internationale de la Francophonie, cet atelier était une aubaine pour les jeunes gabonais désireux d’apprendre ou de se perfectionner dans le domaine du management des artistes. Cela s’est justifié par la forte présence des acteurs du show-biz gabonais malgré les faibles capacités d’accueil de la salle.

Le bilan des travaux : Une atmosphère convivial

 L’atelier s’est passé dans une atmosphère très conviviale. Nous énumérons d’une manière condensée les points abordés pendant la formation. Les points abordés lors de la première journée furent ceux de définir les notions de l’art et des arts, la culture, les industries culturelles. Ensuite on a vu les points de vue de certains auteurs sur le management culturel. Après fut abordé le thème tant attendu: la relation contractuelle. Elle s’est expliquée à travers plusieurs sous points tels que le cadre réglementaire entre agents ou managers, la question du statut, les différentes fonctions du manager, l’exclusivité du mandat et la durée du mandat du manager, la rémunération du manager.

La deuxième journée a abordé le thème concernant les droits d’auteur. Les parties abordées dans ce thème furent en premier lieu les origines des droits d’auteurs à travers les sous points suivants: la création, la conception et la réalisation. La distinctions entre une oeuvre musicale et une oeuvre littéraire, la différence entre une création isolée et une création inspirée. On avait l’impression d’assister à un cours de droit lorsqu’on a abordé la partie concernant la protection des œuvres et les droits des artistes. Sur les droits de l’artistes il a été dit que l’artiste a les droits moraux ( droit de divulgation , droit de paternité), les droits patrimoniaux (le droit de représentation, le droit de reproductions, le droit de distribution et de transformation…), les droits voisins (le droit des artistes interprètes, le droit d’autoriser ou d’interdire une représentation de son oeuvre). Après ces points, l’atelier s’est poursuivi en abordant les formes de rémunération de l’artiste qui se manifestent par le cachet et la redevance. Ensuite nous avons été édifiés sur la scène, les contrats et les tournées. Cette partie a beaucoup intéressé les participants de l’atelier puisqu’elle définissait ce que c’est réellement un entrepreneur de spectacle, un diffuseur de spectacle ou un promoteur de spectacle. Dans les contrats nous avons vu le contrat d’exploitation d’un spectacle, le contrat de coréalisation et le contrat de coproduction.

Le thème de la troisième journée concernait la planification stratégique et la notion de leadership. Sur la planification stratégique, le formateur a beaucoup insiste sur l’élaboration des méthodes à court, moyen et long terme. L’analyse du marché, les indicateurs de réussit etc… La notion de leadership quant à elle, était beaucoup plus accentuée sur les différentes approches du leadership ( l’approche par traits de caractère, par les action et les comportements, le leadership situationnel).

Une bonne initiative des autorités gabonaise.

La formation s’est soldée par la remise des attestations de participation à tous les participants. Toujours dans une atmosphère conviviale, les participants ont écouté le discours du représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie et du Directeur de la Culture.

Cette formation en Management artistique n’aurait vu le jour sans la bonne volonté des autorités gabonaise à travers le Ministère de la Culture, des Arts et de l’Education Civique. Nous notons aussi le fait que l’Organisation Internationale de la Francophonie ait validé ce projet et a ensuite apporté son soutien dans la formation de la jeunesse gabonaise. L’espoir est désormais de voir les gabonais postuler pour des grands événements culturels à l’international.

Nous ne saurons terminer sans remercier Magali Palmira WORA qui a mis du sien afin de partager son expertise avec les jeunes gabonais désireux de se former dans le domaine du Management des Artistes. Elle a mené l’atelier avec beaucoup de tacte et de discipline. Nous avons beaucoup apprécié cette volonté de former la nouvelle génération qui un jour prendra la relève. Nous sommes certains qu’au sortir de cette première session de formation naîtront des managers car la demande est forte dans le show-biz. En conclusion nous réitérons une fois de plus nos remerciements au Ministère de la Culture , des Arts et de l’Éducation Civique, à Magali Palmira WORA et à l’Organisation Internationale de la Francophonie pour ce grand effort au service de la jeunesse gabonaise; que cette initiative se pérennise afin de former les générations futures.

publié le 31/08/2015

Donne ton avis

Passionné de musique et de TIC, avant-gardiste dans la diffusion des contenus ; milite pour la musique urbaine gabonaise.

Réagissez à cet article

Please enter your comment!
Please enter your name here